E : comme ÉGALITÉ

E : comme ÉGALITÉ par Christine Deviers
De quoi parle-t-on ? De l’Égalité pour tous dans notre République ?
Quand ceux qui nous gouvernent sont au dessus des lois?
Quand ils promulguent des textes scélérats qui les préservent des foudres de la Justice et les protègent ?
Quand ces « intouchables » se tiennent avec morgue au dessus des lois et se comportent souvent comme des voyous. La Cour de Justice de la République instituée par eux et pour eux pour donner un simulacre de justice et les blanchir impunément ?
« Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. » Jamais ce ne fut plus vrai sous la Cinquième République !
Égalité pour tous ?
Quand ils s’accordent des salaires indécents et autres avantages, occupent les palais de la République comme des nababs, s’organisent des retraites dorées, champions de cumuls en tout genre et vivent grand train sur notre argent? Et que la Haute autorité pour la transparence relève en 2014 que l’Assemblée Nationale a rémunéré 52 épouses, 28 fils, 32 filles de députés ! Sans état d’âme et sans pudeur quand le chômage augmente et que la misère s’installe !
Peut-on parler d’égalité quand les citoyens en souffrance, inquiets pour leur avenir ne peuvent plus s’exprimer que par des votes qui ne servent à rien puisqu’on ne leur donne le choix qu’entre peste et choléra.
Entre des partis politiques qui n’en sont plus. Un ramassis de professionnels de la politique qui ne servent que leurs intérêts propres, sans projets et sans aucun intérêt pour les citoyens et n’ont d’autre but que de conserver le pouvoir et les prérogatives qui les accompagnent. Le bonheur du peuple ?
Un concept qui n’est pas enseigné à l’ENA.
Dans les hautes sphères de l’état ils perdent le sens des réalités et sont totalement déconnectés n’écoutant plus que leurs valets et autres laquais plus intéressés par leur carrière que les problèmes quotidiens du peuple français.
Égalité ?
Quand ils décident de l’avenir du pays sans plus jamais consulter le peuple en oubliant le sens du mot référendum et jouent à l’Assemblée Nationale du 49.3 à tour de bras ?
Quand ils ont fait de la République leur fond de commerce et méprisent les sans-dents qui n’auront bientôt non seulement plus de brioches mais plus de pain !
Mais ils oublient que les citoyens les ont élus et mandatés. Ils sont donc, que ça leur plaise ou non, » nos employés, à notre service. Ils sont nos obligés et ont le devoir de nous rendre des comptes.
Ils devraient entendre les grondements sourds de la colère qui s’amplifie dans notre douce France.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s