Les Lumières se sont éteintes

 

Christine Deviers Joncour

Le XVIIIe siècle était, selon l’expression consacrée, le  » Siècle des Lumières  » et de la place que tenaient les lettres, les arts et la religion, instruments majeurs de la connaissance spirituelle qui éclairaient l’entendement humain depuis l’Antiquité et qui n’avaient jamais été aussi brillantes qu’au temps de Louis XV.                                                Elles sont devenues bien clignotantes, quand elles ne se sont pas complètement éteintes.

     Au XXème siècle, au diable la connaissance et la spiritualité. L’humanité ne s’est plus intéressée qu’au bien être, au corps, au futile, aux commodités, à la vitesse des objets, au ludique et s’est totalement infantilisée. Le monde s’est rempli de jouets. Et comme des enfants avec leurs vices et ignorance s’en sont suivies, la crédulité, la lâcheté, la violence, l’amoralité, l’inculture.

     Les Belles Lettres ne sont plus qu’un jargon américanisé réducteur qui ne sert qu’à exprimer des besoins élémentaires. S’il existe encore parmi le peuple de France, des hommes et des femmes, attachés aux principes fondamentaux de la Nation, ils sont de moins en moins nombreux, le véritable esprit républicain ne fait plus recette.

 C’est le triomphe de l’individualisme, où chacun regarde de très près ses intérêts, sans s’inquiéter du sort de son voisin, de ses parents et de ses amis.

Alors, me direz-vous, si l’on fait cas des attentats de Paris, il paraît exister pourtant des élans de solidarité quand un drame surgit. Oui, les apparences démontrent une forme de fraternité entre les citoyens, mais dans la réalité, ces derniers forment une union, plus par la peur qui les envahit à titre personnel à cause d’un grave danger, que par un simple esprit d’entraide.

Concrètement, le siècle des Lumières n’intéresse plus grand monde, que ce soit les politiques, les médias et plus généralement l’ensemble des citoyens.

Voltaire, Montesquieu, Beaumarchais, Lavoisier, Condorcet, D’Alembert, Buffon, de Gouges, pour ne citer que quelques grands philosophes français du XVIIIème siècle, sont devenus ringards aux yeux du grand public, mais pour autant, leurs doctrines sont restées toujours les véritables piliers du progrès social et des grandes avancées scientifiques.

CDJ

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s