GUERRES

 

Le monde est meurtrier. Prenons garde que nos émotions nous détruisent.

Christine Deviers Joncour

Le 11 septembre 2001 a marqué le début de l’embrasement du Moyen Orient. Après l’Afghanistan, le Yémen, la Yougoslavie, l’Irak, la Lybie, l’Ukraine, la Syrie : tout s’enflamme. Aujourd’hui les guerres civiles locales ne sont que les divers fronts de cet affrontement indirect mené par les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN contre la Russie et ses partenaires et, au-delà, contre la Chine qui continue à croître économiquement et militairement. La révélation du secret du gaz syrien fait prendre conscience de l’énormité de l’enjeu. Celui qui contrôlera la Syrie pourra ensuite contrôler le Proche-Orient. A partir de la Syrie, porte de l’Asie, il détiendra « la clé de la Maison Russie », comme l’affirmait la Tsarine Catherine II, ainsi que celle de la Chine via la Route de la soie. Ainsi, il aurait la capacité de dominer le monde, car ce siècle est le siècle du gaz.

Mode d’emploi

Sous le prétexte fallacieux de promouvoir la démocratie, on fait main basse sur un pays riche en gaz ou en pétrole, on dénonce une dictature afin de tuer le « tyran » sans autre forme de procès. On entraine et finance des terroristes et des soit disant « rebelles ». On provoque le chaos généralisé. Les milliers de morts civils qui en découlent ne sont pour eux que des dommages collatéraux. Qu’importe si le coup est juteux ! « 500 000 enfants irakiens morts en valait la peine”, avouait Madeleine Albright ! !!
Le problème est que les petits terroristes qu’ils ont nourris, leur échappent et deviennent des monstres qu’ils ne contiennent plus. Et l’Europe commence maintenant à en payer le prix… Sarkozy – qui sans nous consulter nous a fait entrer dans la machine de guerre OTAN – et Hollande, ne sortent pas grandis par leur politique atlantiste.

Le grand casino

Les dépenses en armement ont dépassé 1200 milliards de dollars, dont près de la moitié pour le Pentagone : pour éradiquer la faim dans le monde, 50 milliards de dollars suffiraient. Les pays vendeurs d’armes, malgré plusieurs résolutions de l’ONU prospèrent et jouent aux pompiers pyromanes. Les USA prévoient une guerre contre la Chine à l’horizon 2017. C’est ce que révèle Giulietto Chiesa, député européen, dans un ouvrage paru en 2005. «Les prochains conflits viendront des USA lorsque les routes des matières premières, du pétrole, de l’uranium ne pourront plus être sécurisées par leurs soins. La seule perspective de ne pas pouvoir assurer le leadership en matière de domination financière ou économique est insupportable pour une société qui veut répandre son mode de vie.»

Depuis plus d’un demi siècle les USA n’ont comme seule économie que celle de la Guerre. Plus que jamais, leurs finances mises à mal, ils vont décupler leurs interventions guerrières dans le seul but  comme une obsession : demeurer les maitres du monde. La Russie est le premier objectif et la vieille Europe, depuis longtemps, programmée comme tête de pont.

Le Président François Mitterrand disait : « La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment. Oui, ils sont très durs les américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. »

Une nation d’assassins

Le 1er janvier 2016, l’ambassadeur américain Dan Simpson déclare : « Compte tenu de l’attitude de la communauté internationale envers la politique adoptée par les Etats-Unis en 2015, j’en viens à croire que nous sommes considérés comme une nation d’assassins aussi bien à l’étranger que dans notre propre pays.  Telle est notre réputation, que cela nous plaise ou non. La plupart des étrangers avec qui je fais connaissance nous tiennent pour des cinglés. Nombreux sont ceux qui jugent que nous représentons un vrai danger pour la communauté internationale « 

Malheureusement, ce XXIe siècle sera caractérisé par des guerres de plus en plus asymétriques.

D’un côté, la puissance technologique dévastatrice avec un postulat de « zéro mort » pour celui qui la possède, de l’autre les damnés de la Terre qui tomberont comme des mouches sans savoir d’où vient le tir mais surtout sans voir l’adversaire qui, lui, sirotera son Coca Cola tout en manipulant son joystick.

 «Périssent les faibles et les ratés. Il faut même les y aider.»

Cette déclaration d’une rare violence fut écrite par Nietzsche dans sa dernière œuvre, « l’Antéchrist. »

Écart sans excuse ou provocation salutaire ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s